Ville d'Eybens

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris

Agenda / Actualités

Autour du spectacle... A la rue, O.bloque


À Eybens O. bloque

À la Maison des Coulmes on se prépare à aller... au théâtre.

Voir l'image en grand

Les acteurs sociaux de la Ville sont réunis au centre social, autour de l'équipe du spectacle À la rue O. bloque, pour imaginer comment accompagner leur public à L'autre rive les 4 et 5 octobre prochains.

La mission locale recense déjà huit demandeurs d'emploi inscrits pour cette sortie culturelle. Les intervenants de l'association Eybens accueil d'urgence (Eau), qui travaillent depuis longtemps avec les médiatrices culturelles dans le cadre du dispositif du chéquier culture, vont la proposer lors des permanences de la banque alimentaire.
De leur côté, les responsables de l'accompagnement santé du CCAS sont en lien avec des personnes en grande précarité sur la commune, notamment des femmes.

« Aujourd'hui Ophélie découvre Eybens »

Voir l'image en grand La comédienne Pénélope Perdereau interprétant OphélieIl faut dire que ce spectacle met en scène une jeune Ophélie moderne devenue SDF : tombée à la rue, elle se retrouve bloquée comme l'indique le titre et se raccroche aux mots pour ne pas sombrer totalement. « Aujourd'hui Ophélie découvre Eybens » annonce Marina Damestoy, auteur et metteur en scène, en guise de préambule.


Avec , elles arrivent de la médiathèque
, où elles ont préparé l'intervention qui aura lieu le samedi 5 octobre à 11h, et s'apprêtent à repartir dans les rues d'Eybens et de Grenoble pour y expérimenter la version tout-terrain du spectacle : la comédienne adresse des extraits de texte aux passants tandis que Marina Damestoy la filme à distance.
Une expérience qui complète et nourrit leur travail de création. Voir l'image en grand L'auteur Marina Damestoy (à gauche)

 

« Vous voulez jouer ce texte sur scène ? Hé ben c'est mal parti... Mais je vais vous aider ! »

Certains, comme ce SDF rencontré à Paris, n'hésitent pas à entamer la discussion, réagir, contester le propos... D'autres fuient cette parole dérangeante et l'oeil de la caméra.


D'autres encore, comme ces personnes âgées croisées dans le quartier des Maisons neuves, proposent de l'aide, donnent des conseils : « Allez voir les Petites sœurs des pauvres, avenue Jean Perrot, elles pourront vous aider ! ». Une vieille dame confie à voix basse : « La faim, mademoiselle, je sais ce que c'est : pendant la guerre, ici, mon père avait une ferme, les Allemands ont réquisitionné nos vaches, on n'avait plus rien à manger... ».

 

Voir l'image en grandMarina Damestoy commente ces rencontres avec émotion : « La rue est plus libre et plus imprévisible que la scène. L'espace public, mine de rien, est très contraint, codifié, et on s'aperçoit que le mot théâtre est un mot magique : dès qu'on le prononce, il libère les gens et désamorce l'agressivité. Avec Pénélope nous partageons intensément ces moments : on se soutient, on s'écoute, on est sur le fil en permanence. Travailler ainsi sur l'histoire de cette femme me renvoie à ce que j'ai vécu lorsque j'étais à la rue, ou plus tard lors des flash-mobs avec le collectif Jeudi Noir. J'aurais 16 ans, je croiserais des filles qui mènent ce travail dans la rue, ça me bouleverserait  ».

 

« Un texte comme ça, on n'en rencontre pas souvent »

Voir l'image en grandPlus loin, à la gare de Grenoble, Jean-Jacques, la vingtaine tranquille, assis dans l'herbe entre son sac-à-dos et une panneau « Inoffensif et vacciné : cherche un canapé pour la nuit », écoute Ophélie avec attention, avant de lui souffler : « Il ne faut pas perdre espoir, l'important c'est l'amour, tu vas t'en sortir ».



La tournée s'achève dans l'ambiance feutrée d'une parfumerie. Les vendeuses déambulent : Voir l'image en grand« Voulez-vous que je vous parfume, Madame ? » en évitant soigneusement Ophélie, qui chuchote ces mots à l'oreille d'une cliente : « Je ne suis personne, je suis une transparence... exposée ». La dame écoute et sourit : « Mais moi je vous vois ! C'est très beau ce que vous dites ».

 

Une fois ressortie du magasin, Pénélope Perdereau met quelques instant à redevenir elle-même avant de sourire à son tour : « Tout ça c'est grâce au texte. Même si je n'ai jamais vécu à la rue, je me suis reconnue dans l'écriture de Marina. Un monologue comme ça, on n'en rencontre pas souvent, ça me fait penser à Heiner Müller. »

 

La nuit tombe. Ophélie s'évanouit au hasard des rues du centre ville. Marina et Pénélope s'en retournent peaufiner les derniers détails avant la première.
Rendez-vous est pris le 4 octobre prochain. 


En bref :
À la rue, O. bloque de
Marina Damestoy de la Cie La Boite blanche.
Théâtre documentaire, à partir de 12 ans.
Tarifs : de 6 à 11 €
Rens et réservations Odyssée : 04 76 62 67 47

 Lire le résumé

Autour du spectacle

En avant-première du spectacle est présente, jusqu'au 5 octobre dans le hall de l'Odyssée, une installation sonore et visuelle autour de la pièce A la rue, O.Bloque.

Voir l'image en grand

Voir toutes les actualités

Contacter la Mairie :
2, avenue de Bresson - 38320 Eybens
Tél. 04 76 60 76 00 - Contacter la Mairie

Lundi, mardi, mercredi et vendredi de 8h30 à 12h15 et de 13h à 17h.
Jeudi de 8h30 à 12h15 et de 13h à 19h.

Horaires d'été : fermeture le jeudi à 17h pendant les deux
dernières semaines de juillet et les trois premières d'août.

Vacances de Noël : fermeture le jeudi à 17h pendant les
deux semaines de vacances scolaires.

Site officiel de la Ville d'Eybens, une commune de Grenoble Alpes Métropole Grenoble Alpes Métropole - nouvelle fenêtre