Site de la ville d'Eybens

Actualités

Gestion de la voirie : comment ça marche ?

Gestion de la voirie : comment ça marche ?

Gestion de la voirie : comment ça marche ?

Publiée le 09 juillet 2019
Environnement / Cadre de vie
Depuis 2015, la Métropole assure l’aménagement, l’entretien et la création des voiries des 49 communes de l’agglomération. Les choix se font en concertation avec les communes.

Interview de Pierre Bejjaji, adjoint à l’aménagement et au sport, conseiller métropolitain, pour comprendre comment se construisent les arbitrages en matière de voirie.

La Métro a la compétence voirie depuis 2015, comment cela fonctionne ?

La Métropole est juridiquement responsable de l’intégralité de la compétence : cela concerne la fixation du budget global d’investissement et d’entretien, et toutes décisions d’engagement de travaux et leur financement. Sur ce dernier point la loi prévoit que le transfert de compétences devait se faire à stricte neutralité budgétaire. En pratique, les communes devaient participer au financement du budget métropolitain à hauteur de ce qu’elle consacraient avant le transfert. Ce dispositif était pénalisant pour les communes comme Eybens, dont le montant des dépenses était largement supérieur à la moyenne. Les communes et la Métropole se sont donc mis d’accord sur un financement par les communes, sur la base d’une évaluation à minima de ce qu’il faudrait pour entretenir correctement leur linéaire. La Métropole a donc un budget d’investissement et de fonctionnement beaucoup plus faible que ce que dépensaient les communes avant le transfert.

Pour illustrer : la moyenne annuelle des dépenses cumulées des communes avant le transfert s’élevait à près de 30 M€ par an, le montant qu’elles ont accepté de financer est moitié moins, soit environ 15 M€, c’est à peu près sur cette dernière base que s’est construit le budget de la Métropole. 9 M€ sont consacrés en année courante au Gros Entretien Renouvellement (GER) des communes, le solde sur des projets d’intérêt métropolitains (ANRU, cœurs de villes et villages).
C’est la raison pour laquelle, pour les communes les plus importantes dont Eybens, les habitants ont le sentiment d’une « dégradation de service ». Pour les petites communes, le sentiment est plus contrasté, le transfert à la Métropole a permis d’engager des dépenses qu’elles auraient eu des difficultés à se payer seules : tels sont les cas des opérations « cœur de Village ».
Les villes ont malgré tout la possibilité de demander des aménagements plus qualitatifs à la Métropole (trottoirs, parkings végétalisés, enfouissement de réseaux électriques…), mais dans ce cas-là, elles s’engagent à abonder les sommes nécessaires.

Sur Eybens, comment les choix sont faits, qui décide ?

La ville d’Eybens propose chaque année un programme de travaux qu’elle considère comme prioritaires à la Métropole, soit sur la base de problèmes rencontrés sur le terrain avec les usagers et riverains, soit sur la base de constats que les élus et services ont effectué. Nous mettons l’accent sur l’amélioration de la sécurité des déplacements au quotidien, notamment pour les cyclistes et les piétons (élargissements de trottoirs, plateaux traversants…). Nous tenons compte des remarques des habitants enregistrées sur l’outil de gestion de la relation citoyenne. Pour le gros entretien ou le renouvellement de voiries (GER), nous priorisons les rues sur lesquelles aucun travaux significatifs n’a été fait depuis plusieurs années. Enfin, chaque fois qu’un projet urbain doit être engagé, il convient d’en profiter pour revoir la circulation et le stationnement dans le secteur, tel est par exemple le cas du secteur des Tilleuls, ou du projet au-dessus de la piscine.

Comment sont priorisés les travaux ?

Un programme est proposé par la Ville, il est ensuite discuté lors de réunions de travail avec les services de la Métropole, car cette dernière doit aussi tenir compte des demandes des autres communes. Je tiens à remarquer que malgré la réduction du budget global consacré à la voirie, nous n’avons à ce jour aucune demande insatisfaite par la Métropole.

La ville intervient-telle aussi sur la voirie ?

Oui, effectivement, dans le cadre du budget de fonctionnement global, il a été prévu par l’ensemble des communes un désherbage par an. Si une commune en souhaite plus, elle peut directement le faire faire pas ses propres agents. A Eybens, aucun agent n’a été transféré à la Métropole dans le cadre de cette compétence, la ville peut donc continuer à agir.

Quel budget est attribué à Eybens ? Comment est-il dispatché (entre travaux courants, gros chantier...) ?

Il n’y a pas réellement de budget attribué à Eybens, les budgets sont répartis par territoire. Nous appartenons au territoire Sud avec Poisat, Herbeys, Brié Angonnes, Echirolles, et le secteur Sud de Grenoble. Une enveloppe globale est attribuée à ce secteur. Le programme de travaux est ensuite présenté à la conférence territoriale Sud. Nous savons que nous avons transféré un budget correspondant à environ 400 000 € par an de travaux, donc sur six ans, il faudrait que soient dépensés environ 2,5 Mi€ sur la commune, en pure équité. Mais par exemple, certaines années, nous pouvons surseoir à des travaux pour pouvoir en engager d’autres plus urgents sur les communes voisines, notamment les petites. Tel a été le cas lorsque la Métropole a engagé un important programme sur Brié et Angonnes. Nous décidons en bonne intelligence avec leurs élus, l’esprit qui prévaut de plus en plus est d’appartenir à une même métropole et sortir des querelles de clocher. In fine, le programme de travaux annuels est voté en Conseil métropolitain, ce n’est qu’à partir de cette délibération que les travaux peuvent être engagés.
Pour les travaux dits de proximité (petits aménagements, travaux de sécurisation…), la Métropole a proposé à chaque commune une enveloppe maximale, sous cette limite, la commune peut demander à la métropole d’engager les travaux nécessaires, sans autres discussions. Cette enveloppe annuelle est de +/- 25 000 €, suffisante pour couvrir nos besoins. La commune peut abonder cette somme suivant les projets.

Quels sont les principaux chantiers des mois à venir ?

Le principal chantier concernera la réfection de la rue Lecorbusier, devant la chaufferie du côté d’Alpexpo, afin d’améliorer la qualité de cette rue, notamment pour les déplacements cycles et piétons. Nous continuons également le travail important de réaménagement de l’avenue d’Echirolles et la Rue Stendhal.

JOURNAL D'EYBENS JUILLET-AOÛT 2019

Retrouvez le dossier complet dans le Journal d'Eybens

Voir toutes les actualités